Le Processus «Making Access To Financial Service Possible (MAP)» Présenté à Lomé

Table2Lomé, 30 Juillet 2015- Une centaine de techniciens de la finance ont pris part ce jeudi à Lomé à un atelier de présentation du processus « Making Access to Financial Services Possible. Rendre Accessible les Services Financiers » (MAP).
Organisé par la Direction de la Promotion de la Finance Inclusive (DPFI) en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l’UN Capital Developement Fund (UNCDF), cet atelier a été ouvert solennellement par Madame Victoire Sidémého Tomégah-Dogbé, Ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes en présence notamment du Représentant Résident Adjoint du PNUD, M. Siaka Coulibaly, du Représentant du Secrétaire Permanent, Chargé des politiques de réformes et des programmes financiers, M.EssodongKpizing et du Président de l’Association des Professionnels des Institutions de Microfinance (APIM-TOGO), directeur général de la Coopérative d’Epargne et de Crédit des Artisans (CECA), M. Yombo Odanou.
Assistance2Faire connaître aux participants les modalités de conduite du processus. Tel était l’objectif principal de cet atelier d’une journée au cours duquel les participants se sont vus expliquer le nouveau paradigme d’inclusion financière et la réalité togolaise ; présenter les objectifs, la méthodologie, les modalités de mise en œuvre du processus MAP et la répartition des rôles et responsabilités des parties prenantes ; exposer la feuille de route du processus. Enfin, il s’agissait aussi d’améliorer le cadrage de la mise en œuvre du processus.
Pour aider à l’atteinte de ces différents objectifs, les organisateurs ont eu recours à deux experts de la finance inclusive, à savoir Monsieur Prosper Houénou, Conseiller technique national en finance inclusive et Mathieu Soglonou, Conseiller technique régional, Chargé du bureau régional de l’UN Capital Development Fund (UNCDF). Le premier a fait une présentation magistrale sur « l’inclusion financière : du concept à la réalité togolaise ». Quant au second qui était à sa huitième présentation du genre, il a d’abordexposé « le Processus MAP »avant d’aborder « La feuille de route du processus MAP »
TableEn ouvrant les travaux, Madame la Ministre du Développement à la Base a rappelé le bienfondé de la création de la Direction de la Promotion de la Finance Inclusive (DPFI) dont la contribution à la mise en œuvre de la Stratégie Nationale d’Inclusion Financière nécessite une expertise de pointe d’où le choix de l’approche « Making Access to Financial Services Possible » (MAP)
L’objectif de l’exercice MAP est d’offrir un diagnostic pays approfondi, fondé sur les preuves. Cet exercice diagnostic implique un dialogue national rassemblant le Gouvernement, l’ensemble des acteurs clés du secteur financier et les partenaires techniques et financiers pour d’une part, agréger les expertises et ressources disponibles, convenir d’une compréhension commune des contraintes et défis qui animent le secteur et d’autre part, élaborer communément une feuille de route pour développer la Stratégie de finance inclusive.
A l’instar de la position adoptée par le Gouvernement sur la microfinance, le PNUD et l’UNCDF considèrent la Finance inclusive comme un outil efficace de lutte contre la pauvreté, pouvant contribuer à la réalisation d’une partie des Objectifs du Développement Durable : « l’accès durable aux services financiers constitue une base à partir de laquelle d’autres besoins peuvent être satisfaits : santé, éducation, conseils de nutrition, autonomisation des femmes ». En plus des emplois créés, l’accès à des services financiers viables et pérennes stimule le développement d’activités économiques et – par le biais de l’épargne accumulée, du crédit et de l’assurance – améliore la protection sociale. Cependant, ces services doivent être fournis de façon responsable et à un prix raisonnable par des institutions durables intervenant dans un contexte dûment réglementé.
AssistanceConfiant des résultats obtenus jusqu’alors grâce à la volonté affirmée et l’engagement effectif du Gouvernement sur le secteur de la microfinance, le PNUD toujours associé à UNCDF, a tenu une part active dans le plaidoyer et l’endossement national de cet exercice qui a déjà fait ses preuves dans d’autres pays en développement, tels que le Congo et le Burkina Faso.
Le PNUD associé à l’expertise technique du Fonds d’Équipement des Nations Unies (UNCDF), accompagne les efforts du Gouvernement et des acteurs investis sur le domaine de la microfinance depuis 2006, tout d’abord à travers le programme d’Appui à la Stratégie Nationale de Microfinance (PASNAM I & II), puis à travers le programme de l’Unité Pauvreté et de Développement Durable pour renforcer la composante des moyens d’existence durables en faveur des jeunes et des femmes. Estimé à un coût de plus de 800.000 USD, le PNUD et UNCDF ont budgétisé, 200.000 USD (près de 120.000.000 FCFA) sur 2015-2016 pour assurer leurs contributions technique et financière, au côté du Gouvernement et des partenaires techniques et financiers, à la réalisation de l’exercice MAP, la mise en œuvre de la feuille de route et l’élaboration de la Stratégie Nationale de Finance Inclusive. Toutefois, l’exercice nécessite de coaliser les efforts et des ressources additionnelles sont nécessaires pour conduire un diagnostic approfondi de la demande et de l’offre de services financiers, de l’infrastructure et de la réglementation du secteur.